Ville de Paris

Actualité

Sobriété énergétique

Mise à jour le 05/10/2022
Baisse des températures dans tous les bâtiments publics, diminution de l’intensité de l’éclairage ornemental, lutte contre la précarité énergétique, la Ville de Paris a présenté ses mesures pour faire face à la crise énergétique. Objectif : 10 % d'économie cet hiver.
Un été le plus chaud jamais enregistré en Europe, une crise énergétique annoncée comme étant la plus importante depuis les années 1970, une augmentation fin août des tarifs de l’énergie (1 000 € MWh, soit 12 fois le prix constaté à même époque il y a un an)… La nécessité de la sobriété énergétique et de la transition écologique s’imposent. Face au risque de pénurie, un effort national de sobriété à toutes les échelles doit se mettre en place.

Trois mesures fortes

Le plan d’urgence parisien s’articule autour de trois premières mesures appliquées aux services municipaux. L’objectif d'économie d'énergie est de 10 % pour cet hiver, soit l'équivalent de la consommation énergétique de 226 écoles. Les services publics parisiens représentent 2 % des consommations du territoire, un pourcentage qui s'élève à 3-4 % en comptant la gestion déléguée. Si elles étaient en baisse de 11 % en 2020 par rapport à 2004, la hausse des coûts de l’énergie (près de 50 %) pourrait coûter 30 à 34 millions d'euros supplémentaires à la Ville cette année.

Baisse des températures dans tous les bâtiments de la Ville

La journée, la température des bâtiments publics va passer de 19° à 18 °C. La nuit, un réglage systématique de la température à 12° est prévu ainsi que lors des périodes inoccupées des bâtiments. Avec le matin un décalage de 30 minutes pour la remise en chauffe. Ces baisses ne concerneront pas les Ehpad ou autres bâtiments accueillant des publics sensibles, comme les crèches. Les piscines seront elles aussi moins chauffées d'1° . Elle passent à 26 °C dans l’eau et 25 °C dans l’air.

Décalage d’un mois de la saison de chauffe hivernale

Le chauffage des bâtiments administratifs sera repoussé aux vacances de la Toussaint (cette mesure ne concerne pas le logement social). Cette décision sera adaptée selon la rigueur de l'hiver.

Baisse de l’intensité de l’éclairage ornemental

Les éclairages des façades extérieures et des monuments municipaux, notamment les 17 mairies d'arrondissement, seront éteints dès 22h à partir du 23 septembre. L’éclairage public n’est pas concerné pour assurer la sécurité des Parisiennes et des Parisiens.
Un renforcement des aides énergétiques
En plus du « Fonds-de-Solidarité-Logement-énergie » (FSL) et de l’aide Paris Famille (10 millions d'euros par an pour 43 000 familles), la Ville renforcera ses actions de lutte contre la précarité énergétique avec un volet préventif en direct des habitants de logements. Un service Local d’Intervention pour la Maîtrise de l’Énergie et un fonds d’aide aux petits travaux de 400 000 € leur seront proposés. Dans ce cadre, 1 200 visites à domicile sont programmées pour effectuer des diagnostics énergie et un accompagnement dans la durée, avec aussi des distributions de kits d’urgence.

Une nécessaire mobilisation des autres acteurs publics et privés

La Ville de Paris organisera mi-octobre une réunion avec tous les gros consommateurs (grands bailleurs tertiaires, chaînes hôtelières, supermarchés, grands magasins, commerces…) pour leur demander de suivre la trajectoire appliquée par la Ville pour ses bâtiments, c’est-à-dire de baisser leurs consommations d’au moins 10 %. Les abonnés aux réseaux collectifs de chaud ou de froid seront également mobilisés. Par ailleurs, dans chaque arrondissement, une communication à destination des commerçants sera engagée autour des règles qui les concernent en matière de sobriété énergétique (interdiction de l’éclairage nocturne, des terrasses chauffées, des portes ouvertes).

Accélérer la transition énergétique

Dans le même temps et dans la continuité du Plan Climat voté dès 2007, la Ville prévoit une accélération de ses différents programmes pour l’efficacité énergétique et la production d’énergies renouvelables :
  • Accélérer l’accompagnement des copropriétés pour leur rénovation énergétique avec le Plan Eco-rénovons Paris 2 qui prévoit une montée en puissance pour permettre d'atteindre la rénovation environnementale de 40 000 logements privés par an dès 2030 (objectifs Plan Climat).
  • Amplifier la rénovation énergétique des bâtiments publics. À titre d'exemple, 14 crèches, 20 groupes scolaires, 8 collèges et 2 piscines vont être rénovés.
  • Mobiliser toujours plus les bailleurs sociaux parisiens autour de la rénovation énergétique du parc social (5 000 logements par an), l'accompagnement préventif des locataires et le raccordement au réseau de chaleur collectif pour ne plus être dépendant du gaz.
  • Rénover l’éclairage public : pour cette mandature, 286 millions d'euros seront investis et 44 000 luminaires seront remplacés ; une baisse des consommations de 60 % sera atteinte en 2030 par rapport à 2004.
  • Diminuer le tarif de raccordement au réseau de chaleur urbain la Ville pour faciliter la conversion des bâtiments chauffés au gaz.
  • Lancement du programme « EnergieCulteurs » : un programme de déploiement de centrales solaires sur 15 toitures de bâtiments municipaux (12 000 m2 de panneaux photovoltaïques en autoconsommation) à horizon 2023. Les travaux de trois centrales seront réalisés en régie directe dès l’été 2023 et douze autres unités seront soumises à un appel à projets (construction prévue été 2024) ;
  • Création dès 2023 de la société Axe Seine Énergie. La Ville investira dans des projets de production d’Énergie Renouvelable dans la vallée de la Seine en partenariat avec la Métropole du Grand Paris, Rouen et Le Havre ;
  • Le futur PLU sera entièrement bioclimatique : chaque projet d’urbanisme devra participer à la lutte contre le réchauffement climatique. Ce nouveau PLU encouragera les constructions sobres et passives, la production d’ENR et l’obligation de raccordement aux réseaux collectifs de chaud et de froid.
  • En juin dernier, l’Assemblée citoyenne a fait le choix de travailler sur l’accélération de la rénovation énergétique pour les Parisiens avec un rendu attendu pour le mois de février 2023. C’est un premier pas pour incarner le lien entre l’exigence de sobriété énergétique et la question démocratique.
Pour plus d'info

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations